4.2 Madame, Monsieur,

You might use the Google translator. Вы можете использовать переводчик Google http://translate.google.de/.

PDF:  Madame, Monsieur,

Cette année aura lieu, en Allemagne, le vingtième anniversaire de l’ouverture entre les frontière entre la RDA et la RFA. J’ai été élevé en RDA et je me souviens très bien encore que l’on m’avait autrefois expliqué que la séparation de l’Allemagne avait été engagée par l’ouest. Dans la population, à l’inverse, beaucoup pensait que les Américains, les Français, les Russes et les Britanniques se seraient déjà accordés en 1945 sur une séparation à Postdam. Plus tard, en 1990, il devint clair qu’il n’y avait pas un tel complot contre la réunification. D’un autre côté, cela m’a étonné quand, dans les médias de la nouvelle république fédérale, dans toutes les versions de l’évenement, on a donné l’impression que la séparation aurait été l’oeuvre de l’étranger et que Bonn aurait obtenu la réunification en 1989/90 par un grand effort. Ainsi, par exemple, l’ancien chancelier Helmut Schmidt écrit dans son dernier livre Außer Dienst (Hors-service) : “Le chancelier Kohl, seul, n’aurait pu contrer la résistance française et anglaise.”

Après l’énumération des “exemples admirables que les Anglais nous ont donnés”, écrit Schmidt quelques dizaines de pages plus loin, comme il voulait ne pas laisser tomber dans l’oubli le complot : “d’un autre côté, la résistance anglaise à la réunification allemande est encore bien en mémoire. Nous devrions assurément ne pas l’oublier : ce n’était pas seulement l’Angleterre, mais une file entière de nos voisins et partenaires, qui s’opposait à la réunification ; la Première Ministre Britannique l’a seulement exprimé le plus nettement. La résistance allait de Rome et Paris à Copenhague, car la confiance de nos voisins n’était pas particulièrement grande dans l’humeur pacifique durable des Allemands.” Schmidt conclut son explication populaire avec cette présentation : “L’aide décisive qu’Helmut Kohl a obtenue est venue finalement des Etats-Unis.”.

Mais pourquoi ce pays fut-il donc partagé ? Il y a, en effet, plusieurs versions de l’Histoire. Dans mon ouvrage (Ennemies intimes – La division de l’Allemagne par les Allemands), je tente de répondre à cette question et je reviens aussi sur les conditions de la réunification. Deux volumes ont déjà été publiés en Allemagne chez Proliteratur à Augsburg : ils concernent les années 1945-49 et 1950-59. Les autres sont écrits et seront bientôt publiés ; en particulier le dernier qui s’intéresse aux années de la réunification : 1989/90.

Avec mon éditeur nous souhaiterions publier cet ouvrage en français. Pourquoi ne pas revenir sur ce passé commun ensemble ? Je pense offrir un point de vue intéressant sur la partition et la réunification. Afin de vous donner un aperçu de mon travail, je vous envoie le début du premier volume qui reprend l’amorce de la guerre froide. Cette partie est d’ores et déjà traduite en français. De plus, j’aimerai vous envoyer le dernier volume qui concerne la chute du mur et la réunification. Il n’est pas encore traduit. Cela vous intéresserait-il ?

Je me tiens à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Peut-être pourrions envisager d’amorcer un dialogue sur la perception de ces événements dans la perspective franco-allemande ?

Très cordialement,

Reinhard Leube